AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥   Mar 29 Mai - 6:39

avatar Song Zhi Li
Afficher le profil












My dear, our world is hopelessly
boring
Assis confortablement sur son canapé, son ordinateur portable sur les genoux et sa tasse de thé posée sur la table basse tout près de son genoux, Zhi Li tentait de se concentrer sur son travail. Normalement à cette heure matinale, soit huit heure et quart, il n’avait aucun problème à se pencher sur les problèmes de gestion de Yao, mais pas ce matin. Non, pour la troisième fois ce mois-ci, il devait partager son salon avec Tian Mei. Ce n’était pourtant pas tellement sa présence qui dérangeait ses capacités de réflexion ou de concentration, mais bel et bien la mauvaise nuit qu’il venait de passer par sa faute. Évidemment, il ne considérait pas la jeune fille comme coupable, il l’avait toujours vue comme une petite sœur, mais il commençait à se poser des questions quant à sa capacité de différencier les bons des méchants. Franchement, la première fois qu’elle l’avait appelé du cabaret en braillant qu’un homme avait tenté de l’embrasser, qu’elle avait peur, il était accourut comme un preux samouraï pour la sortir des toilettes et cogner le salaud qui avait osé abuser de son innocence. Puis à la deuxième fois, il l’avait grondé en lui rappelant qu’elle devait faire attention, que les hommes la flattait et lui payait à boire avec des idées plein la tête. Mais voilà, à la troisième fois il c’était donc contenter de l’engueuler, de lui faire réaliser qu’elle agissait comme une idiote.

Est-ce qu’il aurait pu la laisser dormir seule chez elle ? Non évidemment pas. On avait beau le trouver froid, cruel parfois, détaché des autres, arrogant et hautain, Zhi Li ne laisserait jamais une amie dormir seule chez elle si elle craignait quoi que ce soit. Alors pour la troisième nuit en un mois, Mei était venue dormir avec lui, dans son lit. Comme toujours, il ne c’était rien passé entre eux, l’homme y faisant particulièrement attention. Puis le jour c’était levé et avait trouvé un coq encore tout ensommeillé, évidemment Dzao, le Ling Hun de Zhi Li avait le cœur en fête. Même assommé par le manque de sommeil de son propriétaire, il avait tourné autour de Mei durant toute la matinée, lui avait fait une fête lorsqu’elle c’était levée et maintenant qu’elle se trouvait sagement installée sur le canapé aussi, ses pieds nues effleurant la cuisse du propriétaire des lieux, il était tout près d’elle. Ses lunettes sur le bout du nez, Li les observait de temps à autre, cherchant parfois à percer à jour le comportement de l’oiseau envers la jeune femme. C’était encore les histoires de Yao qui le hantait. Est-ce qu’il aimait la mignonne petite chanteuse et danseuse, davantage que comme une sœur ? Son Ling Hun aurait dut lui fournir une réponse, mais il ne voulait pas la connaitre semblait-il, après tout il ne voyait que de l’affection dans les caresses que réclamait le coq à la jeune fille. Pourquoi devrait-il se prendre la tête pour si peu hein ?

Sauf que voilà, il avait oublié qu’aujourd’hui c’était mercredi et que ce jour-là, sa femme de ménage devait passer. Enfin, femme de ménage était un bien grand titre pour une si petite demoiselle, pas tellement en taille d’ailleurs. En toute honnêteté, si Zhi Li payait Xiu Juan pour venir nettoyer sa maison, c’était surtout pour la rendre dingue et lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle n’arrêtait pas de clamer qu’elle lui avait rendu service, elle lui avait presque sauvé la vie si on prenait la peine de l’écouter, ce qui était totalement faux selon le brun. Aussi, depuis qu’elle avait osé le ridiculiser devant son petit groupe d’ami, il avait décidé de se venger. Il avait trouvé son point faible rapidement, elle manquait d’argent, aussi elle était prête à faire à peu près n’importe quoi pour en obtenir. C’est là que son plan génial lui était tombé dessus et que Zhi Li l’homme si bien organisé, qui avait du mal à ne pas laver la vaisselle sale au fur et à mesure qu’elle gagnait l’évier, avait commencé à se faire violence et à laisser les assiettes s’empiler. Normalement le mardi soir, il songeait à tout ce qu’il ferait subir à Xiu Juan, à tout ce qu’elle serait forcé d’exécuter dans sa demeure, mais pas hier soir. Il avait oublié, voilà ! Et donc, la maison brillait encore, jusqu’à ce qu’il entende la sonnette de la porte.

Là, il redressa d’un coup le visage, écarquillant les yeux pour poser son ordinateur sur la table basse, tout près de sa tasse de thé. Lâchant un juron à moitié marmonner, il se pressa de rejoindre la cuisine et de fouiller la poubelle, en étalant son contenu sur le plan de travail qui lui faisait office de table à manger. Pendant ce temps, son coq se redressa aussi et pris d’une soudaine crise, se mit à tirer sur les coussins du canapé, ignorant instantanément la jeune invité pour renverser les carrés duveteux au sol tout en lâchant de petit cris. Ne faisant pas attention à la surprise, voir l’incompréhension au fur et à mesure que Zhi Li et son Ling Hun éparpillait le chaos dans la maisonnette, de Tian Mei, l’homme la rejoignit dans le salon et lui indiqua la pile de revue posée près de son ordinateur, la plupart trainant sur le nouveau groupe d’idole de la ville.

« Vite, renverse les au sol, fait le plus de dégât possible okay ?! Vite ! »

On aurait dit que sa vie en dépendait, et quelque part il le pensait tien, alors que le propriétaire des lieux se pressait à renverser les piles de livres des bibliothèques, son coq s’occupant plutôt de gratter l’intérieur des pots de ses plants, étalant la terre partout sur le bois, lâchant des cris de victoire à chaque pelleté. Essoufflé, Zhi Li se pressa d’aller répondre à la troisième sonnette, offrant un sourire plein d’arrogance à son employée, jusqu’à ce qu’un grand bruit se fasse entendre derrière lui. Venait-il d’entendre une assiette se briser ? Se retournant pour apercevoir Mei, il écarquilla les yeux. Quand il lui avait dit de faire le plus de dégât possible, il avait parlé de ficher la pagaille, pas de tout casser.
MessageSujet: Re: I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥   Mar 29 Mai - 19:53

avatar Lu Tian Mei
Afficher le profil


Tian Mei était sur le divan, depuis quelque temps elle avait prit l’habitude de trimballer des vêtements avec elle. Elle ce sentait légèrement coupable face à ses propres caprices et la crise de Zhi Li avait consentis a ce sentir encore moins bien. Elle lui avait demandé pour une troisième fois de venir à son secours, certes elle avait souvent des invitations de certains clients, mais la plupart du temps elle se faufilait si elle n’était pas intéressé. Par contre, la veille elle c’était sentie, d’un coup, si seule. Ses parents étaient encore partie pour deux semaines et cela faisait déjà un moment que son petit copain Jie était parti. La solitude venait encore la reprendre, elle n'aimait pas être seule et Jie lui manquait, surtout sa présence. Après tout, Il était partie pour quatre mois et bien qu'ils ce téléphonait le plus souvent possible ce n'était pas comme être avec lui. Jie était un chouette garçon, bien qu'il ne changeait pas les sentiments qu'elle pouvait ressentir pour Zhi Li.

Hier, son caprice l’avait fait composer le numéro de son meilleur ami sans s’en rendre compte et lui mentir ainsi pour ne pas rentrer seule chez elle. Zhi Li était un si bon ami, il était venu sans se plaindre, bien qu’il lui ait servi tout un sermon. Mais elle lui avait menti, elle n’avait pas eu peur de qui que ce soit, elle avait seulement pensé à elle et là elle ce sentait encore plus mal. Dzao quant à lui semblait bien heureux de la revoir, il était toujours affectueux envers elle. Zhi Li était bien courageux de laisser son Ling hun en vue de tous. Quant au sien, elle ne le laissait presque jamais paraitre et encore moins en compagnie de Zhi Li, sa vache qui était assez imposante ferait tout pour le coller à elle. Ce serait vraiment trop gênant pour la demoiselle.

Cela faisait un moment qu’elle s’était lever, elle avait fait le petit déjeuner afin de ce faire pardonner légèrement puis elle avait préparé des cookies. Aujourd’hui elle avait congé et elle avait choisit de rester encore un peu sous la proposition de Chiong. Habiller d’un simple mini short et une camisole, elle caressait Dzao lorsque le carnage commença.

Alors que Zhi Li était confortablement installé sur le divan a ses côté avec sa tasse de thé et son portable, il avait tout mit de côté pour ce lever subitement. Ce qui fit relever les yeux de Mei de Dzao pour regarder ce que le beau brun allait faire. Alors que la sonnette venait de tonné, elle croyait qu’il allait ouvrir la porte. Mais ce ne fut pas ce qu’il fit, elle fut surprise de le voir ouvrir la poubelle pour en vider son contenu sur le comptoir. Elle sursauta lorsque le coq en fit de même en lâchant de petit crie en poussant les coussins avec ses pattes. Mei n’osait bouger, alors qu’elle voyait Zhi Li mettre la pagaille partout. Elle se rappela d’ailleurs de la vaisselle qu’elle avait voulu laver ce matin et qu’il lui avait dit de laisser faire alors que ce n’était pas dans son habitude. Alors que l’appartement si propre devenait en quelque seconde si sale, Mei n’osait bouger ne comprenant aucunement ce qui venait d’arriver à Zhi Li. Lorsqu’il marcha d’un pas rapide vers elle en lui disant de renverser la pille de magasine, elle fut étonnée. Il lui demanda de faire le plus de dégâts possible. Ne sachant trop ce qu’il voulait et pourquoi, sans se poser de question, elle prit les magasine rapidement et les éparpilla en les lança au travers de la pièce de toute ses forces. Les quelques magasines vint heurter le vase de fleurs poser sur une table et il ce fracassa en tombant, laissant une marre d’eau et de vitre ainsi que quelque fleur sur le sol. Mei regardait la catastrophe d’un air surpris et désolé. Alors que Zhi Li venait d’ouvrir la porte, il entendit le fracas du vase qui le fit la regarder d’un air semi surpris et agacé. Les joues de Mei devinrent rouges. Un petit rire gêner sorti de sa gorge.

« ah ah ah…oops…je suis vraiment désolé Chiong… »

Ce vase avait du coûter les yeux de la tête alors qu’elle l’avait cassé en lançant cette pile de magasines sans regarder dans quelle direction elle l’avait fait. La panique l’avait prit et elle n’avait pas calculé sa force. Elle remarqua d’ailleurs qui était dans l’entrée, une jeune fille qui semblait encore plus exaspérer que le propriétaire des lieux.

Enfin bref l’appartement était devenu une vrai porcherie, les magasines était éparpiller ici et là sans parler de la marre d’eau créer par le vase brisé et toutes les ordures dans la cuisine et la terre éparpiller par l’oiseau prit d’une envie folle a vider les pots de fleur. Il semblait à Mei qu’un esprit fou avait possédé Zhi Li et Dzao pour créer ce vrai carnage. Puis qui était cette fille d’ailleurs?





Dernière édition par Lu Tian Mei le Mer 6 Juin - 22:09, édité 1 fois
MessageSujet: Re: I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥   Mer 30 Mai - 11:44

avatar Huang Xiu Juan
Afficher le profil


( Sujet précédent )

Les apparences sont trompeuses
mais il ne faut pas en faire une généralité.



Elle sonne une fois. Aucune réponse, patiemment elle attend quelques secondes et appuie une seconde fois. Toujours pas de réponse, elle se dit qu’au bout de trois, elle partirait. Jugeant qu’il l’avait oublié ou bien qu’il le faisait exprès pour la voir faire des allers-retours et ensuite l’appeler plus tard pour la faire revenir, histoire de l’ennuyer. Bien que les murs soient épais, elle entend du bruit à l’intérieur mais ne saurait dire ce que c’était, du moins jusqu’à elle entre. Par contre, le bruit prouva que l’énergumène qu’elle attendait était bien chez lui et elle appuie une troisième fois sur le bouton déclenchant ainsi une petite sonnerie d’attente. Courte attente car le voilà qui lui ouvre la porte, la respiration haletante et saccadée avec un sourire saturé d’imbécilité. Venait-il de courir un marathon ? Toutefois, il avait ce regard hautain, fier et orgueilleux comme chaque mercredi. Et comme chaque troisième jour de la semaine, elle sentait le coup foiré à plein nez mais n’en souffla pas un mot. Aucune preuve, elle n’avait pas envie de passer pour une paranoïaque même si son intuition la trompait rarement. Elle eut un petit soupir, les deux prochaines heures allaient être longues.

« Bonjour Monsieur Song. »

Xiu Juan offrit à son cher employeur qu’elle aime et qu’elle respecte au plus profond d’elle un sourire absent car un bruit attira son attention mais derrière le palier elle ne voyait rien, suivant le regard exaspérée de Zhi Li, son corps suivit le mouvement et inconsciemment ou presque elle poussa la porte qui heurta malencontreusement le pied de ce dernier. Oups. Elle fait papillonnée ses cils, trop innocente pour être blanche bien qu’elle ne l’ait fait exprès, elle ne se sentit pas désolée car ce n’était pas un petit coup qui allait faire souffrir le grand monsieur Song. Elle inclina la tête pour s’excuser, mais son esprit était ailleurs, il y avait quelqu’un d’autre. Elle était curieuse, curieuse de connaître l’identité du coupable de ce fracas. Elle se buta en seconde fois à la masse imposante et ridicule de son employeur chéri, qu’il se décide une bonne fois pour toute de lui ouvrir. Xiu Juan lui décoche un regard blasé, regard qu’il ne regarde pas, trop occupée à rendre rond ses yeux de renard. Elle fait le décompte dans sa tête et finalement se faufile sous son bras pour entrer une bonne fois pour toute, lui marchant au passage sur l’autre pied. Oups. Ella avait oublié qu’elle boitait vilainement à cause d’une gamelle qui lui offrit une adorable attelle au pied droit. La blessée lui offrit son air le plus désolée et attendrissant si elle le pouvait, elle rajouterai le petite reniflement désolé qui avertit une attaque de larmes. La jeune fille de basse extraction savait pertinemment qu’elle ne faisait que donner des occasions de plus à son bourreau, après tout, elle aurait droit d’être assimiler à une vache, à un éléphant ou un dinosaure ? Qu’importe, depuis longtemps elle s’est mise des bouchons dans les oreilles, devenant insensible à la méchanceté de Zhi Li, à l’animosité en générale. Elle déchausse ses chaussures rapidement et regarde le spectacle apocalyptique ou presque de la maison du lascar.

Elle promène son regard effarée sur le salon s’en dessus dessous, gonflant ses joues, elle ne savait pas quoi penser. Elle se retourna et regarda Zhi Li. Un vrai môme de six ans qu’elle gardait de temps à autre, elle hésitait entre le mot pitoyable ou déstabilisé pour qualifier ce dernier. Elle secoue ses cheveux avec nonchalance, elle était certain que si son Ling Hun se matérialisait, il sauterait à la gorge de Zhi Li et le mangerai tout cru. Son regard s’attarda sur le visage rouge et désolée de son amie, Mei. Elle lisait dans ses yeux de la surprise, et lui offrit un sourire en guise de bonjour mais avant que celle-ci puisse lui dire quelque chose, elle se tourne vers Zhi Li.

« Un nouveau style de déco intérieur ? Très tendance pour accueillir une invitée. J’imagine que je dois laisser ça tel quel. »

Elle scrute le visage de Zhi Li, amusée par le ridicule qu’il se couvrait, amusée par son visage en fait. Les lueurs dans ses yeux sont font rieur et elle ne put s’empêcher de lui pouffer au visage, prise d’un fou rire. Ce n’était pas volontaire, elle n’arrivait pas à se contrôler, elle trouvait ça drôle mais elle était aussi tellement désabusée par la situation. Quel homme adorable, il lui donnait du travail de peur qu’elle en manque. Elle essuie les larmes sans craindre d’enlever un quelconque maquillage avant glousser et détourner son regard pour ne pas croiser celui de Zhi Li de peur de rire de nouveau. La demoiselle tripote le pendentif autour de son cou, celui que son frère lui a offert et essaie de penser à autre chose. Elle se dirige vers la cuisine et cherche une serviette pour nettoyer l’eau avant de devoir ramasser à main nue les morceaux de vases pour éviter qu’une mauvaise maladresse puisse rendre ces éclats plus dangereux. Elle garde son sourire moqueur, bien qu'elle ne puisse rire, sa mine amusée montrait qu'intérieurement c'était le contraire.

MessageSujet: Re: I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥   Mer 6 Juin - 8:07

avatar Song Zhi Li
Afficher le profil


La toute première chose que remarqua Zhi Li en ouvrant la porte de son appartement, fut cette attelle. Enfin, c’était avant que Tian Mei décide de casser la vaisselle dans son dos, un son qu’il connaissait pourtant bien, à un décibel près. Ce n’était pas une assiette, voilà la seule chose qu’il pouvait en dire, parce que voilà avec Huan Le comme petite amie qui allait et venait dans son existence, il connaissait plus que bien le son que faisait sa porcelaine en rencontrant le sol. Délaissant aussitôt son souffre-douleur du regard, d’accord son employée, il s’empressa de s’informer des dégâts. Un ancien vase à lui, une très jolie œuvre que Yao lui avait offert lors de l’ouverture du Jie Jiao, trônait au sol, explosé en centaine de morceaux et trempant dans son propre sang clair. Dire que Zhi Li ne tenait pas à ce bout verre aurait été mentir, en fait il adorait cet objet pourtant tout à fait inutile, du moins en l’absence de touche féminine à ses côtés. Eh bien pour une touche féminine, Tian Mei venait de lui en donner une. Il ne restait donc qu’une réaction à avoir : soupirer et se passer une main sur les yeux.

« Nio. Laisse tomber, c’est bon... »

Zhi Li et l’art de demander à une bonne amie de la fermer, c’était tout en subtilité pour une fois. Il ne fallait pas y voir là une absence de colère, de frustration ou encore aller croire qu’il se fichait de l’objet, au contraire. Les pires colères de l’homme se vivaient pour lui dans un calme à toute épreuve, ce qui s’avérait toujours plus frustrant pour les autres lorsque les réactions étaient souhaitées, Zhi Li allant parfois même jusqu’à les garder entièrement pour lui. Il avait déjà mauvais caractère en temps normal et pour cette raison, il préférait déverser son venin à petit coup, comme s’il l’emmagasinait dans des situations du genre. Évidemment il aurait été facile de blâmer la jeune fille, de la traiter de sombre idiote, de réclamer qu’elle rembourse au moins la valeur monétaire de la dite victime, mais il n’en ferait rien. Pas seulement parce que c’était Mei, encore moins parce que Xiu était présente, mais parce qu’il en allait ainsi. Le vase était perdu de toute manière. Il trouverait toutefois une façon bien à lui de rappeler sa gaffe à la jeune fille, Tian Mei n’était pas prête d’oublier ce bris. Évidemment c’était une amie et il n’allait tout de même pas la torturer, mais il n’oublierait pas, il était ainsi fait le monsieur.

Appliquant donc ce qu’il venait d’affirmer, Zhi Li abandonna le vas du regard pour se concentrer sur l’ensemble de la pièce. Là, il se sentit tout de suite moins agacé, ils avaient fait du beau boulot, ça oui. Il était plutôt fier de lui finalement, et même si c’était triste pour le vase, il fallait bien dire que le résultat était encore plus spectaculaire avec son sacrifice. Du coup, il ramena son sourire arrogant et hautain sur Xiu Juan, d’ailleurs qu’est-ce qu’elle avait au pied hein ? Quelle idiote celle-là, elle n’était même pas fichu de venir travailler en pleine forme.

« Un nouveau style de déco intérieur ? Très tendance pour accueillir une invitée. J’imagine que je dois laisser ça tel quel. »

Il avait oublié le manque de respect de cette petite idiote, une grave erreur oui, parce que du coup sa mauvaise humeur venait de croitre. Aussi, il croisa les bras et redressa un peu le menton, tentant de garder le même sourire froid aux lèvres.

« Tu crois que je vie comme un porc ou que je te paie pour tes beaux yeux peut-être ? Non. Tu vas donc te remuer les fesses et tout de suite, pour me ramasser ce bordel. Je déteste voir un bordel de cette taille, ensuite tu t’occuperas de la lessive et de la vaisselle, je ne te paie pas pour rien faire et passer des remarques. »

Maintenant un peu mieux, c’est que donner des ordres le soulageait, il détailla sa jambe et soupira, fronçant les sourcils avec humeur. D’accord, ce truc l’embêtait réellement, comment cette fille pouvait-elle se permettre de venir bosser pour lui dans cet état-là hein ? Il n’en revenait pas ! C’était tout sauf professionnel, elle aurait dû l’aviser, quelque chose du genre du moins.

« Et puis tu veux bien me dire pourquoi tu ne m’as rien dit au sujet de ta jambe ? Oh je te rassure, ta santé ne m’intéresse pas, mais je déteste payer des services inadéquats. Or, si je désirais me faire servir par une idiote handicapé, j’aurais attendu que tu sois dans CET état pour le faire. Une idiote en santé, ça me suffit largement. Tu n’es déjà pas très brillante avec tes deux jambes, alors avec une en moins pour t’aider, tu seras réellement en état de travailler ? »

Il en oubliait presque Tian Mei tien, le regard braqué sur la tigresse, derrière qui il se décida enfin à fermer la porte, non pas sans soupirer. Dans quel bordel il venait de se fourrer hein ? S’il avait su, il se serait bien passé de ficher la pagaille, parce qu’il était hors de question qu’il ramasse son propre chez soi maintenant qu’il en avait fait un milieu décent de travail pour Xiu Juan. Pourtant, ça l’agaçait, il était certain qu’elle ne serait pas à la hauteur.

« Tu as intérêt à bien faire ton boulot, sinon je peux t’assurer que je vais diminuer ta paie. »
MessageSujet: Re: I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥   Mer 13 Juin - 1:10

avatar Lu Tian Mei
Afficher le profil


Tian Mei avait bien compris au silence et au regard de Zhi Li que ce vase comptait pour beaucoup et voilà, elle ce sentait encore plus mal à présent. Elle remarqua ensuite la jeune femme qui s’infiltra sous le bras de Zhi Li en employant son nom de famille pour le designer. Plus elle la regardait et plus cette fille lui disait quelque chose.

Puis ça lui revint, elle était cette fille qui parfois ce joignait a ses spectacle au cabaret, elle ne prenait jamais le temps de discuter avec l’équipe, elle venait à la répétition lorsqu’il y en avait ou bien elle faisait quelque chose de solo. On lui avait déjà dit qu’elle était une femme très occupée. Zhi Li semblait lui offrir du travail puisqu’il parlait de nettoyer tout ce fouillis qu’il venait lui-même d’organiser en quelque secondes. Tian Mei pouvait comprendre qu’il engage une bonne, mais pourquoi tout salir à ce point à la dernière minute alors qu’avant tout était plutôt propre? Puis elle comprit, il semblait faire tout cela exprès pour l’agacer. Tian Mei remarqua ce petit sourire narquois dans le visage de Zhi Li.

Tout deux semblait avoir oublié Meimei qui regardait la scène du divan. Il pouvait ressentir les frictions entre ses deux personnes. Elle ne connaissait pas très bien la jeune femme, bien qu’elle travaille ensemble. Elle se leva et entreprit de ramasser les morceaux de vase éparpillé, laissant ses pieds nue dans l’eau que contenait celui-ci. C’était bien le minimum qu’elle pouvait faire afin de ce faire pardonner, son but n’ayant jamais été de faire tomber cet objet.

Elle ramassait les morceaux alors que les deux autres ne semblaient toujours pas la voir, trop occupé à se répondre l’un et l’autre, jusqu’à temps qu’elle se coupe et laisse une légère plainte s’échapper. Ayant marché sur un bout de porcelaine sans le remarquer, il c’était enfoncé dans la plante de son pied, ce fut rapidement que la couleur du sang se mélangea à l’eau du vase contre le sol. Elle remarqua alors les regards braqués sur elle et rougit légèrement de sa maladresse.

«Heu…c’est rien, ne vous occuper pas de moi, je vais nettoyer ça à la salle de bain. »

Elle se rendit à la salle de bain en sautillant sur un seul pied, une fois rendu, elle regarda les dégâts, le morceau était encore dans la chair. Elle entreprit de prendre une pince à sourcil pour le retirer délicatement malgré la douleur. Une fois la chose extirpé, elle nettoya la plaie avec un peu de désinfectant puis appliqua un pansement afin d’absorbé le sang. Qu’elle gourde elle faisait à briser ce vase pour ensuite ce blesser. Elle aurait sans doute dû mettre des souliers pour le faire l’idiote.

Enfin, valait mieux ne pas se mettre dans les pattes de celle qui devait nettoyer et Zhi Li quant à lui semblait vouloir jouer les tyrans. Sans doute qu’il viendrait voir comment elle allait, il était toujours si gentil avec elle et très attentionné. Si Jie aurait été présent, il lui aurait sans doute dit que c’était bien fait pour elle puisqu’elle avait été assez tête en l’air pour ne pas mettre de chaussure pour effectuer une telle tâche. Elle se releva et revint au salon, voyant la jeune femme déjà entrain de s’appliquer dans sa tâche de ramasser les morceaux de vase ainsi que l’eau. Elle regarda la jeune femme et fit une moue timide.

« Je suis désolé de te donner plus de travail par ma maladresse… »

Bien que Zhi Li semblait avoir passé l’étape du regret du vase pour un contentement suite au bordel engendré par la brisure de celui-ci. Mais elle n’allait pas dire quoi que ce soit à Zhi Li puisqu’il traitait bien ses employés comme il le désirait, qui était-elle pour juger sa façon de faire. Zhi Li savait toujours ce qu’il faisait après tout, elle semblait tout de même compétente. Est-ce qu’elle méritait vraiment cette froideur de la part de Zhi Li? Après tout, c’était la première fois qu’elle la rencontrait vraiment.


« Tu travail bien au cabaret de temps en temps n'est-ce pas? Je ne savais pas que tu travaillait aussi pour Song Zhi Li. »


MessageSujet: Re: I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥   

Contenu sponsorisé ▲
Afficher le profil


 

I'm sicker than I thought | Tian Mei & Xiu Juan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
XI WANG 希望 :: 大众 VILLE MOYENNE :: ZONE RESIDENTIELLE 【家】-